Accueil > Toute l'actualité > Actualités > Questions à M. FADEUILHE (INP Toulouse) - Groupements d'employeurs
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn Partager sur Viadeo

Commentaires

Saisine des GE. Commentaires de Mr Ruellan.

Une fois de plus il faut garder son calme ! devant cette réaction abracadabrantesque ; le premier sentiment est que ce monsieur est aigri et qu’il n’a pas reçu toute la reconnaissance qu’il pensait pouvoir recevoir. Le phare n’éclaire et ne voit toujours qu’une petite partie du territoire.
La CFDT de ex région Poitou-Charentes et cela se poursuit en Nouvelle Aquitaine, s’est engagée dès 1988 (APER) puis dans les contrats de plan successifs dès 2000 dans le CRGE. J’aime bien rappeler que c’est à la suite de l’échec des négociations sur la flexibilité (1984) que l’aventure a commencé. Dans un contexte de lutte pour l’inclusion de ceux et celles qui vivent et travaillent en marge.
Pas question donc de revenir dessus, tout a été écrit (par une universitaire !) …juste pour dire qu’elle continue. Et qu’elle n’a jamais été aussi vivante. Je peux dire que c’est ma plus belle réussite de syndicaliste et que j’y travaille encore.
Etat, Région, Partenaires sociaux et CRGE (Centre de Ressources des Groupements d’employeurs) …ce sont 4 acteurs qui unissent leurs efforts et leurs intelligences (pas artificielle du tout). Tous les salariés en temps partagé- temps partagé, vite augmenté- dans un GE adhérent à une convention collective. Mais leurs conditions de travail sont particulières. Leurs conditions de vie aussi.
La reconnaissance de ce qui a été fait, passe par la reconnaissance de ce dialogue qui n’a jamais dérogé au droit commun mais qui l’a enrichi. Dans la reconnaissance aussi, d’employeurs et de salariés inscrits dans un contexte où individualisation, rationalisation et différenciation sont gérées collectivement.
Le débat est permanent, il faut qu’il le reste, dans le respect mutuel, le progrès social et la dynamique économique. Le cercle, emploi/travail/dialogue social territorial, est vertueux.
Il a toujours été aussi alimenté, soutenu et exposé par des universitaires, des experts de l’administration du travail, des revues qui ont donné la parole à « l’expérience ».
Tous ceux et celles qui ont voulu jouer individuel ont disparu des radars.
Au boulot !
Et merci à Mr Ruellan de m’avoir donné l’occasion de m’inscrire dans le blog de Mr Fadeuil…moi qui ne suit pas « blagueur » du tout, sur la mixité fiscale, la place des partenaires sociaux et l’inclusion sociale et économique.

France Joubert.
9 juin 2018

Votre commentaire

Bonjour France Joubert,

Je ne comprends pas du tout votre commentaire qui ne traite absolument pas de la question de la mixité fiscale des groupements d'employeurs ou de la sulfureuse idée de la création d'une convention collective des GE.

Mon commentaire qui n'a rien abracadabrantesque, contrairement au votre. Le mien ne fait que reprendre les positions à mon avis justifiées de Bercy et du Ministère du Travail...

Votre intervention n'a en réalité pour seul objet que de mettre en avant le centre régional des groupements d'employeurs que vous créé en 1988...et accessoirement de vous mettre en avant.

Contrairement à vous je n'ai jamais aspiré à occuper des fonctions de représentation dans le petit monte des Groupements d'Employeurs.

Contrairement à ce que vous écrivez, et je le regrette, l'aventure des Groupement d'Employeurs n'est absolument pas la success story que vous exposez et qui se développerait idylliquement dans un dialogue permanent et vertueux.

En réalité le bilan est plus que mitigé :

1- Les groupements d'employeurs n'ont malheureusement globalement pas réussi en plus de 30 ans à se sécuriser juridiquement et faire évoluer positivement leur concept. D'autres formes de mises à disposition de personnel plus abouties sont en train progressivement de marginaliser les groupements d'employeurs, notamment pour les emplois qualifiés,

2- A l'exception principale de la grande réussite du secteur agricole et de la Fédération Sport et Loisirs, les groupements d'employeurs ne sont pratiquement plus dans les "radars" des politiques sociales de notre gouvernement qui n'a jamais réussi à trouver d'interlocuteur "représentatif" des groupements d'employeurs. Les GE donnent en effet depuis de nombreuses années une image brouillée avec de multiples représentants "nationaux", le plus souvent rivaux et jamais coordonnés, sans compter les structures régionales comme votre CRGE qui se targe d'avoir des adhérents sur l'ensemble du territoire national...

3- Les groupements auront au final uniquement apporté un avantage décisif à la vie économique et sociale: celui de démontrer l'intérêt de construire des emplois à plusieurs sur un même bassin d'emploi. Ils auront été les précurseurs en la matière.

Bien à vous et bonne continuation pour vos projets.

PS: l’orthographe du maître de conférences de l'INP de Toulouse Pierre FADEUILHE n'est pas Fadeuil comme vous l'écrivez.

Fiscalité de groupements d'employeurs

Je ne partage pas le point de vue consistant à dire que la mixité fiscale serait un point bloquant pour le développement des groupements d'employeurs
Les chiffres déjà publiés parlent d'eux même. 90% des groupements d'employeurs ont leurs adhérents dans la même branche professionnelle (agricole, sports et loisirs, BTP, transport logistique,...) et le besoin de mixité ne concerne qu'une minorité de GE multisectoriels.

Quand à créer une convention collective pour les groupements, celà semble aussi inadapté. Le secteur agricole qui compte le plus grand nombre de GE a déjà un accord de branche national sur les groupements d'employeurs depuis plusieurs années et n'est pas demandeur d'une convention collective des groupements d'employeurs qui au final intéresserait là encore une minorité de GE multisectoriel.

A l'heure où le gouvernement souhaite réduire de manière importante le nombre de CCN par regroupement de branches, il est totalement illusoire de créer une CCN pour un si petit nombre de salariés.

Les vrais problèmes juridiques qui se posent aux GE ne sont pas là...

Saisine des GE. Commentaires de Mr Ruellan.

Une fois de plus il faut garder son calme ! devant cette réaction abracadabrantesque ; le premier sentiment est que ce monsieur est aigri et qu’il n’a pas reçu toute la reconnaissance qu’il pensait pouvoir recevoir. Le phare n’éclaire et ne voit toujours qu’une petite partie du territoire.
La CFDT de ex région Poitou-Charentes et cela se poursuit en Nouvelle Aquitaine, s’est engagée dès 1988 (APER) puis dans les contrats de plans successifs dès 2000 dans le CRGE. J’aime bien rappeler que c’est à la suite de l’échec des négociations sur la flexibilité (1984) que l’aventure a commencé. Dans un contexte de lutte pour l’inclusion de ceux et celles qui vivent et travaillent en marge.
Pas question donc de revenir dessus, tout a été écrit ( par une universitaire !)…juste pour dire qu’elle continue. Et qu’elle n’a jamais été aussi vivante. Je peux dire que c’est ma plus belle réussite de syndicaliste et que j’y travaille encore.
Etat, Région, Partenaires sociaux et CRGE (Centre de Ressources des Groupements d’employeurs) …ce sont 4 acteurs qui unissent leurs efforts et leurs intelligences (pas artificielle du tout). Tous les salariés en temps partagé- temps partagé, vite augmenté- dans un GE adhérent à une convention collective. Mais leurs conditions de travail sont particulières. Leurs conditions de vie aussi. Et nous n'avons eu de cesse, chacun dans sa spécialité ou prérogative a améliorer le social et l'économique.
La reconnaissance de ce qui a été fait, passe par la reconnaissance de ce dialogue qui n’a jamais dérogé au droit commun mais qui l’a enrichi. Dans la reconnaissance aussi, d’employeurs et de salariés inscrits dans un contexte où individualisation, rationalisation et différenciation sont gérées collectivement.
Le débat est permanent, il faut qu’il le reste, dans le respect mutuel, le progrès social et la dynamique économique. Le cercle, emploi/travail/dialogue social territorial, est vertueux.
Il a toujours été aussi alimenté, soutenu et exposé par des universitaires, des experts de l’administration du travail, des revues qui ont donné la parole à « l’expérience ».
Tous ceux et celles qui ont voulu jouer individuel ont disparu des radars.
Au boulot !
Et merci à Mr Ruellan de m’avoir donné l’occasion de m’inscrire dans le blog de Mr Fadeuil…moi qui ne suit pas blagueur du tout.

Archives